Conquêtes sexuelles, mariage et réussite

beaute-sublimer-son-bronzage-pour-rayonner-tout-l-ete-2339012_1350 Le physique a-t-il une réelle importance dans le game ou dans la vie en général d’ailleurs ? Cet article extrait du livre « Le poids des apparences » de Jean-François Amadieu apporte quelques éléments de réponse.

Si l’on se fie aux déclarations, le physique jouerait un rôle négligeable dans le choix du compagnon de vie ou du partenaire sexuel, en particulier chez les femmes. Pourtant, les études et les observations confirment toutes l’importance du physique dans la vie amoureuse et sexuelle. Niée comme critère déterminant, la beauté opère, en vérité, une sélection rigoureuse, mais inconsciente ou tacite.

[…]

[…] Si l’on s’en tenait aux déclarations, l’apparence aurait bien peu d’importance. Pourtant, les femmes portent indéniablement un grand intérêt à leur corps, leurs vêtements, leur maquillage et leur coiffure. Les enquêteurs savent, d’expérience, que les réponses aux questions relevant de la sexualité ou de l’amour sont fantaisistes. Les personnes interrogées y répondent de manière conformiste en dissimulant leurs véritables préférences. On comprend, dans ces conditions, que l’observation directe des faits soit souvent préférable aux déclarations individuelles souvent biaisées.
Plusieurs études ont montré que nous n’acceptons pas de reconnaître, à sa juste mesure, l’importance que revêt le physique dans nos choix amoureux. Des recherches ont été menées pour déterminer si cette sous-estimation était attribuable à l’incapacité des individus à effectuer une introspection exacte ou s’il fallait incriminer la volonté délibérée de fausser les motifs. Pour le savoir, on a montré à un ensemble de femmes les photographies d’éventuels partenaires masculins, tout en leur donnant des informations sur la personnalité des hommes représentés. On leur demandait ensuite de choisir celui qui leur paraissait le plus désirable au vu de ces différents éléments et on les invitait à s’expliquer sur les raisons de leur choix.
Il est apparu que seuls les hommes d’un physique agréable trouvaient grâce aux yeux des femmes interrogées, indépendamment de leur personnalité. Toutefois, cette évidence n’était pas spontanément reconnue. On a alors fait croire à certaines femmes qu’elles étaient reliées à un détecteur de mensonges. Ce subterfuge a permis de se rendre compte que les femmes étaient parfaitement conscientes des raisons réelles qui les avaient poussées à choisir un des hommes proposés. Persuadés d’être reliées à un détecteur de mensonges, elles reconnaissaient avoir été surtout influencées par le physique et non par les traits de personnalité. En revanche, elles admettaient moins volontiers l’importance de l’apparence lorsqu’il n’y avait pas de détecteur.
L’importance de l’apparence ne s’explique pas seulement par des considérations sexuelles. Le visage, e particulier, est utilisé comme le signe de certaines caractéristiques. En raison de stéréotypes associés aux différents types physiques, on attribuera ainsi certains traits de visage, plutôt féminins, aux hommes gentils ou aux bons pères. Les femmes qui recherchent un profil psychologique précis ou des qualités particulières se tourneront vers des hommes dont l’apparence reflète, à leurs yeux, ces caractéristiques. Ainsi, une apparence qui plaît n’est pas seulement belle, elle signale des traits de personnalité et un statut social.

L’attirance physique

L’attirance physique joue indéniablement un rôle de premier plan dans l’intérêt que les hommes et les femmes se portent. C’est, bien entendu, le cas lors d’un rendez-vous avec un inconnu : la première impression est alors décisive et l’attirance sexuelle constitue un facteur déterminant. Si personne n’ignore que le physique compte lorsque deux individus se rencontrent ou sont à la recherche de relations sporadiques, on sait peut-être moins l’importance de l’apparence quand il s’agit de construire une relation sur le long terme.
Chaque individu est doté d’un potentiel de séduction qui sera utilisé sur le marché sexuel et matrimonial. Nous avons d’ailleurs parfaitement conscience de disposer d’un capital plus ou moins important en de domaine. C’est pourquoi nous avons tendance à choisir en vue d’une union durable des personnes qui disposent d’un capital de séduction équivalent au nôtre. Le test a été fait auprès d’une centaine de couples de plusieurs universités américaines. On a pu alors constater que les garçons et les filles de ces couples se situaient, aux yeux d’observateurs extérieurs, au même niveau de séduction. Bien plus, chaque partenaire se plaçait lui-même à un niveau correspondant à celui de son partenaire.
Certes, l’amour rend aveugle, mais on peut y voir aussi une réponse convenue donnée aux enquêteurs. Il est presque obligatoire de déclarer que le miracle de l’amour a opéré et que son partenaire est merveilleux et supérieur à soi. On ajoutera, ensuite, que de toute façon la beauté n’a pas été un élément déterminant du choix. Même si tout cela est faux, c’est socialement ce qu’il faut dire.
Les couples stables qui appartiennent au même milieu social sont ceux dont les partenaires ont un capital de séduction équivalent. On s’est aperçu que plus l’histoire d’un couple prenait une tournure sérieuse, susceptible de conduire au mariage, et plus le capital beauté des deux partenaires était proche.
Pour un rendez-vous sans lendemain, pour une aventure sexuelle, les apparences peuvent être inégales. Cette situation, en revanche, est rare lorsque le couple est durable. Le bon sens, confirmé par des études scientifiques, permet d’en comprendre la raison. Si la beauté de l’un des partenaires est supérieure à celle de l’autre, alors il y a risque d’infidélité et de trahison. Celui qui se sait moins séduisant en est d’ailleurs conscient et sait à quel point la pérennité de son couple n’est pas assurée.
De fait, l’inégalité des capitaux de séduction condamne en général un couple. POur le vérifier, on a suivi pendant plusieurs mois un groupe de 123 couples d’étudiants de l’université de Californie à Los Angeles. Certains étaient de formation récente ou encore peu solides et l’un des deux partenaires avouait avoir des relations occassionnelles avec d’autres étudiants ou étudiantes : 20% des couples fonctionnaient sur ce modèle. D’autres étaient constitués depuis plus d’une année et pouvaient être qualifiés de sérieux, si l’on en juge par la fidélité que se vouaient les partenaires : ils représentaient 50% de l’échantillon. D’autres encore étaient des couples assez robustes, qui se connaissaient depuis près de deux ans et qui avaint décidé de vivre sous le même toit depuis un an : 14% étaient dans ce cas.Enfin, 17% étaient fiancés ou mariés.
Il est apparu qu’il était finalement assez simple de prédire lesquels, parmi les couples récemment constitués, iraient le plus loin. Un couple encore balbutiant, ou même un couple plus sérieux, ne se transformait en couple cohabitant ou marié que si le capital de séductioon des deux partenaires était équivalent. De façon générale, els couples mariés sont composés de conjoints dont la beauté est comparable (la corrélation est de 0.72) alors que les couples plus précaires sont davantage dissemblables (la corrélation n’est que de 0,19).
On comprend mieux dans ces conditions, le besoin de compensation en cas de captial de beauté inégal. En l’occurence, il est fréquent que le statut social, la puissance ou la richesse viennent contrebalancer l’inégalité physique. Ce sont le plus souvent les hommes qui possèdent le capital économique ou le statut social susceptible d’être échangé sur le marché matrimonial. Les femmes qui accèdent encore trop peu dans nos sociétés aux postes de pouvoir ont, en comparaison, plus souvent l’occasion de monnayer leur capital de séduction. Cela ne signifie pas que les hommes n’utilisent pas leur beauté sur le plan scolaire ou professionnel mais, sur le marché matrimonial, ce sont les femmes qui, de fait, utilisent davantage leurs atouts physiques.

Une phrase intéressante concernant le marché professionnel :

« La performance des individus les plus beaux est accrue par la bienveillance dont ils bénéficient auprès de leurs collègues de travail. Ces derniers collaborent plus volontiers et ont, comme les employeurs et les clients, une préférence marquée pour les beaux. Des sociologues ont même établi que les individus séduisants bénéficiaient d’un avantage considérable dû au fait que les autres personnes cherchaient leur compagnie ou leur partenariat, même si cela devait leur coûter quelque chose. »

Voici le contenu de la post-face du livre « Le poids des apparences » de Jean-François Amadieu :

« Réussit-on mieux à l’école si on est beau ? a-t-on plus de chances de trouver un prmier emploi, de faire une belle carrière ou de bien gagner sa vie ? Est-on plus heureux en amour ?
Et si notre visage, notre corps, notre allure jouaient un rôle essentiel dans notre destinée ?Et si l’apparence physique était un des facteurs les plus insidieux de détermination sociale et de reproduction des inégalités ?
Entre démonstration et dénonciation, une étude précise des effets de l’apparence physique sur la réussite scolaire, professionnelle, amoureuse ou encore politique. Statistiques à l’appui. »

En gros, plus on est beau, plus la vie nous sourira !!

Publicités

~ par contrelapenseedominante sur septembre 23, 2009.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :