S’assumer et être authentique.

confession01 Par être ou ne pas être… un séducteur, un meneur… Endosser un rôle mène à une tragédie. Dans son ouvrage « How to put beautiful women under your spell », Mystery, préconise : « Fake it until you make it », c’est-à-dire que par exemple, les personnes timides doivent émuler l’état de confiance pour que les gens les voient comme tel et qu’ils puissent alors réellement gagner en confiance.

Neil Strauss (ami de Mystery, auteur du bestseller The Game et de l’Annihilation Method) affirme que c’est grâce à des succès que nous gagnons en confiance. Souvenons-nous de l’état dans lequel nous sommes après avoir échangé des moments très complice avec une femme… ou alors celui dans lequel nous nous sentons après avoir chanté sur la scène d’un karaoké. Libéré. Invincible. Euphorique. Une accumulation de tel succès mène à une meilleure estime de soi, à une meilleure confiance soi et à un état d’esprit positif et optimiste.

En assumant complètement nos qualités comme nos défauts, nous gagnons confiance en nous et en authenticité. Le regard des autres nous importe peu, nous n’avons plus peur d’être jugé, nous avons aussi bien conscience de nos forces que de nos faibles, nous sommes imparfait, nous sommes humain.

Cet état permet de nous libérer des contraintes sociales et des barrières qui n’existent que dans notre tête. Assumer nos faiblesses c’est affirmer nos forces. Lorsque nous nous assumons, nous sommes indépendants de la validation d’autrui. Nous marchons le cœur ouvert même lorsque cela fait mal.

S’assumer et être authentique sont deux valeurs fondamentales dans la vie de tout homme libre et épanouie.

« Prendre conscience de soi, du monde et les aimer »

Une première étape pour s’assumer peut être de prendre conscience de qui nous sommes :

« Quelles sont nos passions ? Qu’est ce qui est intéressant chez nous ? Qu’est ce qui nous rend vraiment heureux ? Qu’est ce que nous apprécions chez nous ? Qu’est ce que nous recherchons chez les autres ? En quoi est-ce important ? Qu’est ce qu’une autre personne pourrait trouver chez nous qu’elle recherche ? Quels sont nos buts dans la vie ? Quelles sont nos trois plus marquantes expériences qui ont fait de nous ce que nous sommes ? Quelles sont les cinq croyances auxquelles nous croyons et que nous aimerions changer ? Quelles sont nos faiblesses ? En quoi peuvent-elles être vues comme des forces ? Qu’est ce qui nous fait peur dans la rencontre d’une femme avec qui pourrait aboutir une relation long terme ? Qu’est ce qui nous empêche de changer ? Comment pourrions-nous y remédier ? Comment nous voyons-nous maintenant ? Comment nous voyons-nous dans un an ? »

Une seconde chose peut être de présenter nos faiblesses, sans nous justifier, sans chercher à (nous) les cacher. Ce que nous jugeons être une faiblesse peut s’avérer être une mauvaise représentation de l’un de nos caractères. L’anxiété lors de l’approche un groupe de six inconnues peut être vu autrement qu’une peur et peut être traduite comme une motivation, une montée d’adrénaline, une excitation à l’idée que six inconnues vont faire la rencontre passionnante avec une bête de sexe. Etre têtu et ne pas le reconnaître est assez frustrant pour ses interlocuteurs, l’assumer sans pour autant changer de positions permet de continuer une discussion de façon plus saine et même d’en rigoler (dédicace à mon père).

Une troisième chose peut être de nous intéresser et de partir à la découverte du monde. Certes, il est pourri en plus d’être rempli d’injustice, et pourtant de nombreux démunis (matériel, spirituel, affectif…) y vivent heureux. C’est une question de référentiel. Le bonheur ne peut être approché qu’après avoir fait la paix avec nous-mêmes et avoir briser les barrières fictives qui nous pourrissent l’existence.

En amour comme dans la vie, pour avancer il faut se libérer des contraintes limitantes. En les assumant elles deviennent moteur d’une révolution qui nous rapproche de la liberté.

A vous de jouer, Lorenzo

Source : Verse Le Jus

Une interview d’Alain Soral : Un bon dragueur est-il forcément un salaud ?

Sociologie du dragueur ou la pathologie du dragueur

La drague n’a pas que des bons côtés 🙂

Advertisements

~ par contrelapenseedominante sur septembre 20, 2009.

2 Réponses to “S’assumer et être authentique.”

  1. s’assumer, c’est bien, mais il est pour moi aussi très important de savoir se dire et exprimer des remises en question.
    être authentique, ne signifie pas grand chose,selon moi on l’est tous naturellement

    • Hum plus ou moins. etre authentique, je le vois comme s’assumer et s’affirmer. Assumer ce que l’on ressent profondément (ex : est-ce que ma vie me plaît ? Mon boulot ? Ma copine ?), apprendre à s’affirmer (dire à ceux qui comptent à nos yeux ce que l’on aime et ce que l’on aime pas).

      Nous ne sommes pas tous authentique, loin de là, car la grande majorité de nos comportements sont dictés par la peur (peur du jugement, inhibitions…)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :