Les obstacles réels à la dépénalisation du cannabis

Parmi les plus beaux marronniers du libertalisme, la dépénalisation de la drogue.
On peut se demander d’abord en quoi il est libertaire de transférer l’argent de la drogue des mains de bandits à celle de la Seita ?
Il est évidemment de l’intérêt de l’état de toucher l’argent de la drogue. Doublement son intérêt même, en cette période de sous-emploi, que le consommateur reste abruti chez lui avec son shit, plutôt qu’au café à parler politique.

… Les vrais obstacles à la dépénalisation ne sont pas où on croit :

1) La drogue est aujourd’hui, le revenu principal des banlieues, une économie souterraine et florissante qui fait vivre à peu près tout le monde là-bas, y maintenant même une précaire paix civile (le trafic demande du calme).

2) La drogue est aujourd’hui le plus gros générateur d’argent sale, un argent à blanchir qui constitue aussi une source non négligeable de financement occulte des partis politiques…

Alain Soral, Abcedaire de la bêtise ambiante


Quelques liens :

« Dans les cités, 8 personnes sur 10 vivent de l’économie souterraine. »

Xavier Raufer sur les banlieues 1/2

Xavier Raufer sur les banlieues 2/2

«Dans certaines banlieues, les livraisons de cocaïne et d’héroïne se chiffrent désormais en dizaines de kilos», confie, effaré, un officier de police. Les profits considérables réalisés par cette économie souterraine irriguent des quartiers entiers où chacun, du guetteur de 10 ans au revendeur à peine plus âgé, connaît son rôle et a appris à se taire.

Un commissaire de la PJ assure que «l’argent des trafics est blanchi dans des commerces de quartier, des restaurants, des bars», mais aussi – c’est une nouveauté – «dans des sociétés de location de voitures de sport» qui servent lors des fêtes tapageuses d’une nouvelle génération de voyous des cités «qui n’hésitent pas à s’offrir, dit-il, des hôtels de luxe et des croisières, alors qu’ils pointent officiellement au chômage». «Je n’ai jamais vu autant de Ferrari et de Lamborghini que lors de certains mariages dans ma commune», renchérit le responsable d’un service de police municipal de Seine-Saint-Denis.

Article – La guerre contre les bandes a été déclarée

Advertisements

~ par contrelapenseedominante sur juin 13, 2009.

4 Réponses to “Les obstacles réels à la dépénalisation du cannabis”

  1. c’est un très bon article, vraiment instructif! J’ai aussi quelques articles sur ce sujet sur mon blog :

    http://grainesdecannabis.wordpress.com/

    cordialement !

  2. La légalisation de ce qu ‘on appelle drogue douce ( mais qu ‘ en reste une) c ‘ est forcément

    l ‘engrenage de trop qu ‘ entrainera par un principe logique la banalisation ( déja trop importante)

    de certaines drogues dures deja bien en place en Europe……..

    Ce serait une catastrophe………..alors les babas , les bob Marley en plastique de Banlieue et de

    Navarre, faudrait un peu penser à faire marcher votre matière grise avant de venir proner la

    légalisation sans d ‘autres arguments que  » George Bush  » par exemple…….

    • Pour avoir été dépendant du cannabis pendant de nombreuses années et d’avoir de grandes difficultés pour m’en passer, je ne peux que vous rejoindre sur le fait la légalisation serait une très mauvaise chose et surtout qu’elle ouvrirait la voie vers d’autres drogues bien pire telles que la métamphétamine qui connait un boom actuellement aux E-U par exemple.

  3. Les consommateurs réguliers d’alcool et de tabac sont de tous niveaux sociaux, de toutes tendances d’opinions. Qui sont la plupart des consommateurs réguliers de cannabis? Regardez autour de vous ! Ce sont la plupart du temps des héritiers de 1968 empreint de relativisme moral et intellectuel. Ils sont plus proches de l’assistanat que de la méritocratie républicaine. Enfin même s’il n’est jamais bon d’utiliser des arguments ad hominem, regardons qui sont les défenseurs de la dépénalisation : les écolos descendants spirituels des soixante-huitards, Daniel Vaillant ministre de l’intérieur de 2000 à 2002 qui par son laxisme a participé à l’accession de J.M. Le Pen au second tour de la présidentielle en 2002 et Julien Dray un des fondateurs de SOS Racisme association plus souvent en pointe dans la défense des délinquants que du racisme. Et qui à Gauche est contre ? L’homme politique du PS montrant le plus de clairvoyance sur biens des sujets : Manuel Valls. Tout est dit. On estime le bien-fondé du combat à la valeur de ces combattants.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :