Comment tombe-t-on amoureux ?

La quasi-totalité des êtres humains sont déjà tombés amoureux, ne serait-ce qu’une seule fois au cours de leur vie. Même les personnes atteintes de déficience mentale sont capables de s’éprendre de quelqu’un. Cela témoigne d’une réelle prédisposition de l’espèce humaine. Nous sommes en quelque sorte génétiquement programmé pour tomber amoureux.

Donc comment peut-on tomber amoureux ?

L’AMOUR

1- Pourquoi tombe t-on amoureux ?
2- Comment tombe-t-on amoureux ?
3- De qui tombe-t-on amoureux ?

Ce petit exposé sur l’amour est tiré du livre « Les 10 plus gros mensonges sur l’amour et la vie de couple »

La quasi-totalité des êtres humains sont déjà tombés amoureux, ne serait-ce qu’une seule fois au cours de leur vie. Même les personnes atteintes de déficience mentale sont capables de s’éprendre de quelqu’un. Cela témoigne d’une réelle prédisposition de l’espèce humaine. Nous sommes en quelque sorte génétiquement programmé pour tomber amoureux.

1- Pourquoi tombe-t-on amoureux ?

Ben tout simplement parce que c’est bon, quelle question ! D’un point de vue biologique, ça va juste dans le sens de l’évolution de l’espèce. Si l’homme ne ressentait rien pour sa partenaire, celle-ci ne pourrait pas profiter de ses ressources et elle se retrouverait à élever seule la progéniture. Bref c’est pas la partie la plus intéressante du sujet donc
autant comment passer à la suite !

2- Comment tombe-t-on amoureux ?

De nombreuses études ont été faites sur l’amour et ses différentes manifestations. Notre programmation à tomber amoureux est
soutenu par un ensemble de mécanismes neurologiques très complexes.

En premier lieu, nous avons l’odeur. Bien qu’ayant un très grand rôle, son influence est le plus souvent inconsciente. On parle de notre odeur naturelle, donc inutile de vous ruer dans les boutiques de parfumerie afin de trouver le parfum qui fera qu’on tombe amoureux de vous ! 🙂 Différentes études montrent qu’une certaine compatibilité olfactive est nécessaire pour ressentir de l’attirance, sans même parler des phéromones (hormones sexuelles).

En deuxième lieu, nous avons l’état d’euphorie. 2 états entrent en jeu : les circuits du plaisir et de la récompense. En présence de l’être aimé, notre cerveau secrète des endorphines hormones naturelles du plaisir) et la dopamine. Voilà pourquoi quand on est amoureux et que l’être aimé n’est pas là, on est comme en « manque » car la sécrétion de ces hormones est activé en présence de l’autre. Voilà le circuit du plaisir mis à l’oeuvre : recherche de la présence de l’être aimé avec l’activation de la dopamine, récompense sous forme de plaisir grâce aux endorphines, manque ressenti lorsque l’effet euphorisant vient à s’atténuer, nouvelle recherche de présence pour combler le manque, etc. Voilà pourquoi on dit souvent
comme l’amour est une drogue. L’amoureux est en quelque sorte un drogué de l’amour, recherchant en permanence les sensations dues à la présence de l’autre. Un autre à qui il finit par s’attacher sous l’influence de l’ocytocine, une molécule capable d’induire un effet global de bien-être en contrecarrant les hormones du stress (adrénaline et cortisol). C’est donc ce jeu combiné de la dopamine, de l’ocytocine et des endorphines qui rendent compte de l’état très particulier ressenti par l’amoureux : excès d’énergie, impression d’être survolté, plaisir parfois extatique, sensation de manque, etc. Sur ce point, scientifiques et poètes se rejoignent : la passion amoureuse est une drogue. Voilà aussi pourquoi le one-tis est
incontrôlable et aussi douloureux (le one-tis a aussi le désavantage d’induire une tension qui elle induit une prise de tête et comme les prises de têtes sont incontrôlables, la boucle est bouclée : On est triste, on y pense, ça nous rend encore plus triste, on y pense, etc…)

L’éventualité de l’expérience amoureuse est inscrite dans nos gênes, néanmoins nous ne tombons rarement amoureux au premier coup d’oeil. Il est nécessaire habituellement de côtoyer une personne plus ou moins longtemps pour ressentir les effets euphorisants de l’amour. De plus, Cupidon ne s’attarde pas de la même façon chez les jeunes et les moins jeunes, chez les célibataires et chez les gens mariés. Les hormones ne sont pas les seules responsables de ce qui nous arrive. Des facteurs
psychiques doivent forcément entrer en ligne de compte.

Deux conditions sont essentielles à l’apparition de l’état amoureux : insatisfaction (prononcée envers le vécu quotidien) et désir de changement. Lorsque la tension suscitée par l’insatisfaction et le désir de changement est à son comble, la décharge est imminente. Le moment exact où celui-ci se produit coïncide fréquemment avec des circonstances exceptionnelles, hors de la réalité quotidienne : vacances, voyage à l’étranger, activités de loisir, fêtes entre amis, etc. La rupture avec le cadre de vie et les préoccupations habituelles joue le rôle de paratonnerre. Du reste, toutes les situations génératrices d’émotions
fortes sont propices à l’émergence de sentiment amoureux. Les psychologues expliquent ce phénomène par une simple erreur
d’attribution
: le sujet ressentant une activation physiologique (hausse des rythmes cardiaque et respiratoire, augmentation de la tension artérielle et musculaire, élévation de la température, etc.) due au contexte l’attribue de façon erronée à la présence d’une personne particulière.

On apprend donc que par le biais de l’erreur d’attribution, un premier rdv dans un bar ou dans un restaurant n’est pas la meilleure des idées. Peut-être vaudrait-il mieux emmener notre cible dans des endroits où l’on pourra ressentir des émotions fortes, par exemple cinéma avec films d’horreur, parc d’attractions, sport extrêmes (escalade, alpinisme…) Bref tout ce qui peut provoquer des émotions fortes.

En résumé, il faut être préparé à tomber amoureux pour que cela arrive : impression d’être en rupture avec le passé, ses structures et ses valeurs, insatisfaction de certains aspects de sa vie, envie de neuf et de changement. Ainsi 2 êtres réellement prédisposés à tomber amoureux ont toutes les chances de se reconnaître s’ils se rencontrent, puisqu’ils partagent le même état d’esprit.

Est-ce à dire que l’on peut tomber amoureux de n’importe qui ? Oui en théorie, non si l’on en croit les stats et la psychologie sociale.

3- De qui tombe-t-on amoureux ?

Les sociologues ont découvert que la plupart des mariages unissent des personnes qui vivaient dans le même quartier, qui travaillaient au même endroit et qui fréquentaient les mêmes établissements de formation. On parle d’endogamie, cad de mariages au sein du même milieu socio-économique et culturel.

La proximité est donc un facteur clé dans la naissance de l’amour. L’élément déterminant, c’est la fréquence avec laquelle les gens se croisent. En effet, à supposer que l’on vive une attirance extrêmement intense pour un inconnu, disons sur le quai d’une gare, il reste improbable qu’un contact déterminant puisse avoir lieu (note de moi-même : pour ceux qui comme moi lisent les articles de ce site, cela ne suffira pas à nous arrêter !) Par contre, un voisin, un collègue de travail ou un
camarade d’études présentent tous cet avantage que l’on est sûr de les croiser à nouveau. La proximité crée les occasions de rencontre.

-> NB : ceci bien qu’exact est à prendre avec des pincettes car on est bien d’accord que beaucoup d’entre nous ont entendu la phrase « je préfère qu’on reste amis ». Après c’est là que le game fait la différence.

Les rencontres répétées mènent bien souvent à l’affection par un phénomène que les psys appellent m’effet de simple exposition. Celui-ci rend compte de notre tendance à apprécier davantage ce que l’on perçoit souvent.

-> NB : Encore une fois, bien qu’exact, ce processus crée aussi l’amitié ce qui n’est pas l’effet recherché. Néanmoins on peut en conclure que la proximité permet le rapprochement, donc autant développer sa vie sociale et de multiplier les occasions de rencontre. Je renvois à ces 2 très bons articles :

Comment développer une vie sociale ? http://www.frenchtouchseduction.com/comment-se-faire-des-amis.html

Comment rencontrer des filles intéressantes : Le filtre d’amour http://postseduction.fr/postseduction/3-authenticite/2-comment-rencontrer-des-filles-interessantes-le-filtre-damour

La familiarité issue des rencontres répétées, elles-mêmes rendues possibles par la proximité, explique une partie de nos attirances. Mais nous ne tombons pas amoureux de tous nos proches, ce qui laisse supposer l’existence de facteurs supplémentaires. La sagesse populaire nous vient ici en aide : qui se ressemble s’assemble. C’est donc la que la similarité entre en jeu. Des études ont montré que les amis, les partenaires amoureux et les conjoints sont beaucoup plus susceptibles
que les gens appariés au hasard d’entretenir des croyances et des valeurs similaires et de manifester les mêmes attitudes.

-> NB : Pour rencontrer des partenaires similaires, autant sarger dans des lieux et des environnements que l’on apprécie :
– sports
– religions
– politique
– associations

C’est dans ces lieux que nous sommes le plus susceptible de rencontrer des partenaires qui nous ressemble.

La sympathie créée par les similitudes se comprend aisément. Si de nombreux points communs apparaissent au fil de la conversation, nous allons éprouver de la sympathie pour l’inconnu alors qu’au contraire, l’indifférence, voire de la répulsion, sera au rdv si nos avis divergent sur tous les points importants.

-> NB : Là aussi on peut donc se demander si les negs ou le DHV sont les meilleures méthodes pour entrer en connexion avec les autres. Le souci avec le DHV est que ça fait très faux. C’est comme si par exemple, on truquait notre CV pour avoir un entretien. On aura peut-être le taff grâce à ça, mais sur le long terme, on ne gardera pas ce que l’on a obtenu par la tricherie. On ne peut pas tricher sur le long terme (ni même le moyen d’ailleurs).

Un dernier point qui mérite d’être soulevé dans la recherche de la similitude est la gratification qu’elle procure. En effet, nous apprécions les personnes qui nous ressemblent, et nous pouvons donc supposer qu’elles nous apprécient également pour les mêmes raisons. De plus, les gens qui pensent comme nous contribuent à valider nos points de vue, ce qui est gratifiant pour nous. Ainsi la gratification reçue et le plaisir éprouvé en leur présence nous encourageant à réitérer les rencontres et à maintenir la relation.

-> NB : Je renvois à l’article « pourquoi faisons-nous des approches à froid ? » http://www.topgun-seduction.com/content/view/42/31/1/1/ Autant aller sarger dans des endroits qui nous plaisent. Donc petit exercice pratique, faire une liste de nos goûts au niveau de nos loisirs et orienter ses recherches dans cet environnement. Bien sûr tout est relatif, par exemple certains environnements sont plus ou moins propices
aux rencontres (les jeux style WOW ne sont pas les meilleurs moyens de rencontre par exemple).

Tout cela est-il suffisant pour tomber amoureux ? Capter les bonnes odeurs, être prédisposé à l’amour, insatisfait de sa vie actuelle, désireux de renouveau et de changement, rencontrer des personnes dans le même état psychique, gratifiantes parce que semblables, familières et que l’on peut revoir fréquemment assurent-ils de connaître la passion amoureuse ? La réponse est non.

Quel est l’ingrédient manquant ? C’est là que les psychanalystes font intervenir l’inconscient. De manière simplifiée, les Freudiens invoquent les traces inconscientes laissées par les premières relations d’attachement importantes, notamment la relation à la mère. Ces expériences précoces du plaisir et du déplaisir formatent l’enfant, y laissent des empreintes qui
seront déterminantes pour la suite de sa vie amoureuse. Plus tard, le jeune adulte recherchera inconsciemment des figures lui rappelant les délices de cette première relation fusionnelle. Il va en quelque sorte reconnaître dans son nouvel amour des sensations déjà éprouvées et des souvenirs enfouis (transfert).

Pour les jungiens (Jung), ceux-ci font intervenir le concept d’ombre. Il y aurait une face cachée, l’envers de notre personnalité. Par exemple, une personne pacifique aurait refoulé sa part de violence inhérente à tout être humain. Tous ces côtés sombres, mal aimés ou pas acceptés, sont relégués dans l’inconscient et constituent l’ombre. Or nous avons tendance à projeter notre ombre sur les autres, ce qui explique que nous sommes très sensibles aux défauts que nous décelons chez eux…
et que nous abritons justement en nous-mêmes.

-> NB : C’est un passage important, car ça explique pourquoi si notre mère est une LSE, nous avons tendance inconsciemment à être attiré par des LSE et donc dans des relations destructrices (voir post sur les LSE http://www.spikeseduction.com/articles/671_low-self-esteem-et-autres-filles-a-eviter.html & http://www.frenchtouchseduction.com/board/les-filles-a-problemes-vt4645.html). Pour se libérer de ça, il n’existe à ma connaissance que 2 méthodes : la thérapie ou l’autoanalyse. Le souci de l’autoanalyse est qu’il est parfois très difficile de s’analyser sereinement. Faire une thérapie permet d’avoir un regard extérieur sur nous-mêmes et par là-même souvent plus juste (imaginons que nous manquons d’estime de soi, on aura tout tendance à voir en noir, pas facile d’être juste avec nous-mêmes et de découvrir nos qualités.

La reconnaissance de l’autre, comme les projections que l’on effectue sur lui, ne peuvent pas être contrôlées volontairement puisque dépendantes de facteurs inconscients. C’est pourquoi on ne peut décider de tomber amoureux.

En espérant que cet article permettent à certains de tomber de plus en plus amoureux ! 🙂

Lien

Un autre article qui reprend grosso-modo ce qui est expliqué ici :

Comment rencontrer des filles intéressantes : le filtre d’amour

Advertisements

~ par contrelapenseedominante sur juin 12, 2009.

5 Réponses to “Comment tombe-t-on amoureux ?”

  1. Article très intéressant ! Moi qui croyais qu’il y avait tout de même une gros part de volonté dans l’amour… !

    • Et ben non justement ! Y’a pleins de trucs qu’on gère pas ! Regardes l’odeur par exemple et les expressions qui s’y rapportent : l’avoir dans le pif…

      Hey hey nous ne sommes pas aussi libres qu’on aimerait le croire !

  2. Excellent! je trouve enfin des reponses rationnelles a mes questions ! =)

  3. Cool 🙂

  4. Le coup de foudre en quelques mots : http://unoeil.wordpress.com/2009/11/25/coup-de-foudre/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :